Formes de tourisme

Différentes formes de tourisme adapté aux communes de Dassa-Zoumè et de Glazoué

La protection de la faune et de la flore, la préservation du patrimoine culturel, et la recherche d’impact économique direct sur la population locale dans un but de durabilité des actions, rendent nécessaire l’option d’un développement touristique durable qui doit intégrer le projet touristique de chacune des localités concernées comme « catalyseur  des projets locaux,… une réponse intégrée aux populations (ERIT France, 2004).

Les communes de Dassa-Zoumè et de Glazoué ayant les mêmes configurations socioculturelles, traditionnelles (les faits religieux et historiques), linguistiques, géomorphologiques, paysagères et hydrographiques, on peut distinguer trois formes de tourisme à savoir : le tourisme religieux, le tourisme culturel et l’écotourisme associé aux randonnées pédestres.

Tourisme religieux et l’église catholique

Le  pèlerinage d’Arigbo de Dassa-Zoumè se place dans une expérience religieuse spécifique : l’expérience du salut. Au niveau inférieur, on attend du pèlerinage la guérison d’un mal ou l’obtention d’une faveur, au niveau le plus élevé, on espère une rencontre avec son Dieu (rencontre du Christ dans l’Eucharistie, etc.).


Cliquez ici pour le découvrir

Planche : Vue des participants au pèlerinage Mariale de de Dassa-Zoumè

Tourisme religieux des Eglises Protestantes Méthodistes et Evangéliques du Bénin

Le tourisme spirituel et religieux est en pleine croissance et constitue une tendance internationale. Dans les communes de Dassa-Zoumè et de Glazoué les protestants et les églises évangéliques comptent environ 26,5 % et 22,8 % de la population (INSAE, 2013). Chaque confession religieuse s’organise pour donner de la visibilité à ses activités.

Ainsi, depuis 2015, les Protestants Méthodistes ont identifié un site pour accueillir le pèlerinage régional de Dassa-Glazoué. C’est une révélation du Divin selon les explications du Révérend pasteur ALLAGBADA. Le choix du lieu se serait fait suite à un rêve de deux fidèles de l’église Protestante Méthodiste dont le pasteur lui-même.

Depuis 1991, l’église des Assemblées de Dieu a érigé un Institut Biblique dans la commune de Dassa-Zoumè. Une école de formation pastorale sur un domaine de 5 hectares. C’est un lieu par excellence de formation des pasteurs pour toutes les églises évangéliques ayant signé la convention de partenariat avec l’église des Assemblées de Dieu du Bénin. Ce centre abrite chaque année la convention nationale des femmes de l’église des Assemblées de Dieu. Elle sert annuellement de lieu de rencontre à plus de 2 000 fidèles venus de toutes les églises des Assemblées de Dieu du Bénin.

L’Institut est aussi utilisé comme centre de convention par d’autres églises évangéliques sur autorisation manifeste et officielle du directeur national des Assemblées de Dieu. Les grands rendez-vous d’évangélisation sont aussi organisés dans ledit centre. Les moments d’adoration et d’évangélisation durent généralement 2 à 3 jours. Pendant ces périodes, la demande en hébergement est très forte ainsi que le besoin en alimentation.

Planche  : Image de l’institut Biblique des Assemblées de Dieu du Bénin                                                               Prise de vue : AFFORA, avril 2017


Tourisme culturel, traditionnel et historique

Le tourisme culturel (curiosités locales : le Festival des Arts et Culture Idaasha, Mahi-houindo, spécialité culinaire par exemple), se pratique notamment à la place Egbacocou de Dassa-Zoumè et à Paouignan pour le Mahi-houindo. Ces circuits autour du patrimoine culturel et des manifestations traditionnelles, chants, danses et cérémonies des différents dieux (Fâ, Ogou,…) auront comme particularité la rencontre des peuples, l’imprégnation de leurs cultures et de leurs arts.


Cliquez ici pour le découvrir

Planche : Consultation de Fa et visite au roi de Dassa-Zoumè par les touristes français

L’Ecotourisme et les randonnées pédestres

Il se pratique essentiellement deux types d’écotourisme à Dassa-Zoumè : l’écotourisme communautaire et l’écotourisme solidaire.

  • l’écotourisme communautaire est une forme d’écotourisme dans laquelle la communauté locale contrôle son développement et sa gestion tout en y étant impliquée, et conservant une proportion importante des bénéfices au sein de la communauté. Elle est pratiquée sur la colline «Anata» sur le site Okuta et par d’autres associations organisées pour ce type de tourisme. Le site ‘’Okuta’’ offre généralement aux touristes la restauration ; le guidage (interprétation de la culture et du patrimoine local).


Cliquez ici pour le découvrir

  •  l’écotourisme solidaire, elle, s’applique souvent sur les sites d’écotourisme communautaire, sa finalité est d’amener le voyageur à une forme de solidarité concrète avec les populations d’accueil et aussi à la connaissance scientifique. Cette forme de tourisme est beaucoup plus développée par le «CPN les papillons» de Kamatè dans la commune de Glazoué qui d’ailleurs, élabore des projets de soutien et de participation de ces voyageurs au profit d’une communauté.

Enfin, le circuit «aventure» avec randonnée trekking sur les collines et les randonnées pédestres en forêt et sur les collines viennent compléter cette offre. Les touristes vont découvrir les crevasses qui servaient à moudre la farine. D’autres à la chasse des images poignantes puis certains pour la balade de santé et de contemplation du paysage. C’est un exemple palpable des touristes français en randonnées pédestres sur la colline ‘’Nankpan’’ à Camaté


Cliquez ici pour le découvrir

Planche : vue partielle de quelques touristes pratiquants les randonnées pédestres sur la colline Nankpan à Camaté dans la commune de Glazoué       Prise de vue : AFFORA, 2018


Tourisme historique

Colline «lionne couchée» de Miniffi  

Située à 15 m environ du chef-lieu de Dassa-Zoumè, cette colline est très imposante au beau milieu de la vaste plaine abritant le village Miniffi. Bien visible à 3 km, ce massif rocheux trouve son appellation dans la ressemblance avec la morphologie de l’animal, en l’occurrence le thorax bien développé chez le mâle et rétréci chez la femelle. On remarque ici l’allure d’une lionne affaissée en position d’attaque. La végétation qui l’entoure lui confère son caractère naturel.


Cliquez ici pour le découvrir

« Géomanciens » D’Agbanou

Située à 6 km au nord-est de Dassa-Zoumè dans le village de Loulè à 3 km de Moudja, la colline aux signes géomanciens d’Agbanou sous le règne de Djagou Adjiboyé Akpado, 7ème roi de Dassa-Zoumè (1629 -1642), a connu un grand rayonnement. Cette colline porte des marques naturelles visibles qui seraient des signes géomanciens ayant des sens depuis l’époque des premiers souverains d’Igbo Idaatcha. C’était, disait le chef du village de Moudja : «le symbole d’horoscope sous les princes Omondjagou». Elle a été pendant longtemps sous le règne de Djagou Adjiboyé, un centre de formation à la pratique du «Fâ», une science exacte que les Idaasha ont toujours considérée comme une divinité. La géomancie étant l’ensemble des signes divinatoires que le prêtre du «Fà» interprète pour celui ou celle qui veut connaître ce qui l’avait marqué à propos de tel ou tel évènement survenu dans sa vie ou de celle de ses proches.


Cliquez ici pour le découvrir

Planche : vue partielle de la géomancie sur la colline Agbanou dans le village Loulè                   Prise de vue : AFFORA, avril 2017

Place de Fragbah de Kpingni

L’emplacement de la divinité Orishakpata (Sakpata en fon) est un bloc des collines soigneusement disposé par la nature qui s’avance en surplomb, donnant l’impression qu’elle va s’écrouler. L’histoire de la divinité Orishakpata a commencé avec l’apparition d’une fée, un esprit en femme très belle. Elle apparait tous les jours pour sécher les vêtements, les pagnes et autres objets d’arts très jolis. Ce temple a été identifié comme un patrimoine mondial de l’UNESCO (DDCAT-ZOU-Colline).


Cliquez ici pour le découvrir

Planche : Observé la superposition des collines dont celle supérieure à la forme du continent africain. Elle abrite siège mondiale du sakpata              Prise de vue : AFFORA, avril 2017

Mare aux hippopotames

Partant du centre-ville de Dassa-Zoumè vers le fleuve Ouémé situé à l’Est après 30 km environ du centre-ville nous laisse voir au passage, un paysage vert où l’on entend que les chants des oiseaux, suivi de la mare aux hippopotames.  A 4 km du fleuve, c’est l’air pur de la campagne qui vous fait oublier les bruits assourdissants des grandes villes et la pollution quotidienne. L’observation des hippopotames n’est possible qu’en saison des basses eaux, mais il est possible aussi de les voir en période de hautes eaux après avoir parcouru 1500 m environ le long du fleuve.


Cliquez ici pour le découvrir

Planche : Mare aux hippopotames de Bètècoucou         Prise de vue : AFFORA, Avril 2017

Forêt sacrée CPN les papillons

Le centre CPN les Papillons de Camaté vise la restauration, la valorisation et la préservation des richesses naturelles et culturelles des communes de Glazoué et de Dassa-Zoumè. CPN les Papillons fait promouvoir aussi bien l’assainissement du cadre de vie, l’aménagement d’espaces, le reboisement, l’élevage et le jardinage biologique, (Voir la planche).


Cliquez ici pour le découvrir

Planche : vue partielle du centre CPN les papillons de Camaté       Prise de vue : AFFORA, Août 2017


Bouton retour en haut de la page